lundi 24 avril 2017

Démocratie et propagande

« Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne

Les Résistants sont de sortie. Plus courageux que jamais. Avec pour seuls soutiens l’ensemble des médias, des chanteurs, des acteurs, des réalisateurs, des écrivains, des sportifs, des journalistes, des politiques, des patrons, des intellectuels, des philosophes, des sociologues, des chercheurs, des éditorialistes et des humoristes, ils se lancent dans un combat âpre et solitaire. Un combat héroïque, qui marquera l’Histoire.
L’heure est grave, en effet : Marine Le Pen menace de l’emporter à la prochaine présidentielle. La République est en danger. La démocratie menacée.

Et pourtant, certains persistent dans le déni. Pire : une part croissante des Français ne comprend pas très bien en quoi Marine Le Pen, favorable au référendum d’initiative populaire et au recouvrement de notre souveraineté nationale — l’autre nom de la démocratie — contre sa confiscation par l’oligarchie bruxelloise, menace la démocratie. Les crétins.
A la décharge de ces demeurés, il faut bien reconnaître que nos Résistants sont plutôt avares en explications. Leur registre, c’est plutôt les incantations. Les leçons de morale. Les hurlements d’indignation.
Pour les arguments, on attend encore.

Et pendant qu’on attend, on s’interroge sur l’état de cette démocratie qu’il faudrait protéger du tyran en puissance qu’est à n'en pas douter Marine Le Pen. Alors, des questions émergent. Puis déboulent en cascade.
On s’interroge, par exemple, sur l’attachement à la démocratie de cette classe politique qui, il y a douze ans, a piétiné le résultat du référendum sur la Constitution européenne ; et n’a, depuis, plus organisé aucun référendum. Et on se dit que leur conception de la démocratie est pour le moins originale…

On se demande aussi si la délégation de nos souverainetés à des technocrates non-élus basés à Bruxelles (où s’activent quotidiennement 30 000 lobbyistes) sert vraiment la démocratie, et l’intérêt général.

On se demande ce qu’il reste de la démocratie en France, quand 80% de nos lois sont de simples transpositions de directives élaborées par les lobbycrates de Bruxelles.

On se demande qui, de Marine Le Pen ou du grand Jean-Claude Juncker, est vraiment un danger pour la démocratie, quand ce dernier affirme : « Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. » On se demande qui méprise les aspirations des peuples européens, quand le même Juncker déclarait, au moment du référendum sur la Constitution européenne : « Si c’est oui, nous dirons "on poursuit". Si c’est non, nous dirons "on continue". » Annonce qu’il a mise à exécution, avec la complicité de Sarkozy et de Fillon…

On peine également à sentir une grande ferveur démocratique dans ce « front républicain » qui, à chaque échéance électorale, élabore des modes de scrutin et des alliances de plus en plus acrobatiques pour qu’un parti représentant 30% des électeurs soit représenté par… 0,3% des députés.
On cherche à la loupe, et finalement en vain, les preuves de démocratie chez ces élus qui, du niveau local à la fonction suprême, pratiquent le clientélisme électoral, ennemi mortel de la démocratie puisque, par définition, il sert les intérêts de certaines communautés au détriment du bien commun.

Oui, plus on y réfléchit, et plus s’affermit l’idée que les démocratophobes ne sont pas exactement là où on nous les indique… que si la démocratie est devenue un théâtre d’ombres, ce n’est pas tout à fait à cause de Marine Le Pen… mais bien plutôt à cause de tous ces Tartuffe qui accusent Marine Le Pen de menacer la démocratie, alors que tous les faits démontrent que ce sont eux, ses véritables fossoyeurs.

Mais comprenons-les : avec leurs résultats infects, ces calamiteux ne peuvent espérer susciter une adhésion positive. Leur seul espoir de conserver leurs places et leur train de vie est d’agiter un danger démocratique totalement fantasmé, et de se présenter comme un rempart contre ce danger… vieille méthode stalinienne… On appelle ça jouer sur les peurs
« La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature » a écrit Noam Chomsky. Le magma de désinformations, de préjugés, de caricatures aussi ignobles que grotesques déversé en continu sur Marine Le Pen l’illustre éloquemment. Mais que les moulins à propagande se méfient : le Brexit et l’élection de Trump montrent que cette matraque n’intimide plus les peuples anglo-saxons. De là à ce que le peuple français s’en inspire…

6 commentaires:

  1. Toujours des articles clairs. Je loue et j'admire en vous l'espoir que vous placez toujours dans le réaction des français. Ces derniers s'en remettent encore et toujours et suivent à la mode (La mode c'est quoi ?, comme diasit l'autre, c'est ce qui se démode) et MLP sera battue 35/65 par Macron.

    En fait surtout peur du "quand dira-t-on"
    Si vous vous exprimez pour MLP publiquement, vous êtes rayés des cadres, irrémédiablement et définitivement.

    Sans doute Madame Boutin a pris un risque courageux.
    On verra Dupont Aignan.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La peur du "Quand dira-t-on"
      Justement, il faut que ça cesse! Arrêtons de nous écraser mollement devant ceux qui crachent sur leur pays avec le sourire aux lèvres et nous traitent de haineux. Nous n'avons de haine pour personne, mais de l'amour et de la fierté pour notre patrie et nous ne voulons pas qu'elle disparaisse dans un magma Macroneuropéiste à deux balles...Les haineux c'est eux, les fachos c'est eux, les complices des terroristes c'est eux, n'hésitons pas à faire des esclandres partout où nous entendrons leurs propos, il faut que la parole libre change de camp et que tous ces blaireaux apprennent, si j'ose dire, "à la fermer avant de l'ouvrir".

      Supprimer
  2. Hélas tout était pipé d'avance,le blog de Yann avait bien vu(le bon dosage)nous allons souffrir,Marine relève du miracle maintenant mais au moins elle ne pourra pas être tenu responsable de l’inévitable explosion de la France avant la fin du mandat de l’innommable Macron.

    RépondreSupprimer
  3. Quand la médiocratie et l'arrivisme progressent d'année en année, il ne faut pas s'étonner qu'un parvenu comme Macron arrive au pouvoir. Après nous le chaos !

    RépondreSupprimer
  4. Cela dit si MLP parvient à 35% au second tour, seule contre tous, c'est énorme.

    Cela représenterait de l'ordre de 13 millions de bulletins de vote (score qui s'il était reconduit aux législatives lui donnerait la majorité relative à la chambre des députés!). Mais elle ne rééditera pas ce score.

    En toute hypothèse, réaliser 35% au second tour ferait positionner le FN comme la force politique d'opposition clairement majoritaire et une force politique incontournable, et ainsi attractive.

    C'est cela qui explique les ralliements en cours ou à venir des Perben, Lemaire, Estrosi, Bertrand, ... et de bien d'autres qui quittent rapidement leur navire pour rejoindre la flotte macronienne. Seul moyen de conserver quelques places. Reste à voir si Macron fera l'erreur de les accepter à bord (dans le gouvernement)

    Enfin, le seul qui sent ce vent monter et commence à manoeuvrer pour récupérer ce bâteau de la "droite traditionnelle" qui se vide et prend l'eau de toute part, est Nicolas Sarkozy.
    Il aura bientot fait de se présenter comme le seul "rempart" au FN quand ce sera la totale gabegie, et il est même possible qu'il y réussisse.

    Il est intéressant de suivre la position que va adopter N. Dupont Aignan pour le second tour, de mon point de vue il ne donnera pas de consigne de votes. Il pourrait même à termes rallier un LR nouveau, vidé en partie de ces cadres 'mondialistes' si celui-ci épouse quelques uns des points de son programme.

    Désolé de parler de politique politicienne, loin du fond toujours porté par notre hôte, Nicolas L. ...




    RépondreSupprimer
  5. Voilà un bel article pertinent , clairvoyant, bien écrit ... j'adore cette image du théâtre d'ombres et des Tartuffe... bien trouvé ! seulement je suis sûre que les 3/4 des Français ne lisent plus Molière, sevrés par les téléréalités, émissions débiles Nabilesques, Hanounesques qui ne nécessitent pas de faire marcher trop intensément son cerveau...Liberté, Egalité, Fraternité, les principes fondamentaux de notre République... elle est où notre liberté de penser quand les médias nous font un lavage de cerveaux quotidien ? Le Pen = faciste, raciste, haine... est-ce que je dis moi musulmans = terroristes ? alors faut arrêter l'amalgame . les vrais racistes ne sont pas ceux qu'on dit ... on devrait presque avoir honte en France de dire qu'on est fiers d'être français sans être traités de facho ???Moi je crois au FN car c'est le seul parti qui va je l'espère nous débarrasser de ces parasites et nous sortir un peu de ce marasme économique ... et pour rétablir la Paix ( que la menace terroriste nous a ôté ) il faut hélas passer par la force pour avoir la paix! ça suffit de commémorer les Chrysanthèmes et de déballer tout ce decorum ... on ne peut plus laisser des innocents se faire tuer sans se défendre... il faut parfois se résigner à faire la guerre, la guerre aux terroristes, ... mais bon je ne veux pas qu'on en arrive à la guerre bien sûr... et j'espère que Marine Le Pen va aller, à sa façon, faire la guerre à tous ces parasites et rétablir une République démocratique française avec sa mixité et non avec cette infâme mixture. Merci Nicolas pour ton réalisme et ton discernement.
    Thara

    RépondreSupprimer