mardi 30 juin 2015

L’Union européenne en une minute



« Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne

« La légitimité démocratique ? Ce n’est pas nécessaire.
Le plan d’austérité à négocier avec Bruxelles sera contraignant
pour le futur gouvernement, qui ne pourra pas en changer les termes.
Ce n’est plus leur programme, c’est le nôtre. »
Amadeu Altafaj, porte-parole de la Commission européenne

« L’euro nous apportera la paix, la prospérité, la compétitivité. »
Jacques Delors

« L’union économique et monétaire,
c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. »
Michel Sapin

« Avec l’euro, on rira beaucoup plus. »
Bernard Kouchner



L'oligarchie bruxelloise (secondée par ses laquais nationaux, de Sarkozy à Hollande en passant par la quasi-totalité de la classe politique) « construit » l'Europe non pas comme un prolongement, mais comme un substitut des nations.
L'Union européenne a pour principes fondateurs la négation des nations européennes et la suprématie du marché.
Son système de décision est exclusivement technocratique, totalement découplé du suffrage universel.
Son arme ultime est la dette, épaulée par l’euro, ainsi que l'avaient compris John Adams (« Il y a deux façons de conquérir et d'asservir un peuple: l'une est l'épée, l'autre la dette. ») et Mayer Amschel Rothschild (« Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays, et je me moque de celui qui écrit ses lois. »).
C'est une dictature sans précédent, un fléau historique dont les immenses destructions profitent à un infime cercle d’apparatchiks et de lobbies ; ils en tirent d'immenses profits.
Pour les peuples, en revanche, il n'y a aucune prospérité, aucune liberté, aucun avenir heureux à attendre de cette union soviétoïde ; cette union qui, à la suite du communisme, nous rappelle que le totalitarisme et la désolation sont les issues inéluctables des utopies.

2 commentaires:

  1. J'ai cliqué sur votre lien dans le Figaro "pour voir".

    Je m'aperçois finalement que tous vos commentaires sur le Figaro ne sont que des copier/coller de votre pamphlet sur cette page.

    Je m'attendais à de la réflexion et je ne trouve finalement que de la répétition de slogans préconçus (cette négation de la pensée).

    Quoi de mieux alors que de vous citer l'une des citations que affectionnez tant? ;)


    « La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature »
    Noam Chomsky

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien aimable. Manifestement le "en une minute" annoncé par le titre vous a échappé;sinon vous auriez compris qu'il s'agit là d'un exercice de synthèse. Pour de plus amples développements vous pouvez consulter "Coup d'Etat".

      Supprimer